Région L'Islet
Catégorie
Un bel accueil!

Un noble espoir

Texte —
Gabrielle Filteau-Chiba
Photo —
DanielTphoto
Catégorie
Un bel accueil!

Michael Elep a trimé dur pour améliorer la qualité de vie sa famille.  

Aux Philippines, il a d’abord travaillé dans une manufacture militaire, puis est parti pour l’Afrique du Sud où il a œuvré dans l’industrie du textile et suivi une formation de mécanicien de machines à coudre industrielles. Après ces huit ans de labeur à Lesotho, il est rentré chez lui à Manille pour occuper un poste de remplisseur à une station d’alimentation en eau, puis fait les démarches pour décrocher son diplôme d’ingénieur marin en vue de travailler sur des navires, mais les chances d’être embauché étant minces et les candidats, très nombreux, Michael a appris le métier de soudeur.  

Toujours en recherche de travail et de meilleures conditions pour soutenir sa famille, il épluche les emplois offerts à l’étranger. En 2019, la vie lui sourit : grâce à ses nombreuses qualifications, il décroche enfin un permis de travailleur étranger temporaire et un poste de mécanicien de machines à coudre industrielles chez Les Textiles Gauvin, à Saint-Pamphile, dans une communauté qui l’a accueilli à bras ouverts. 

Parc - Région L'Islet
Source
Crédit : DanielTphoto

Aujourd’hui, Michael rêve d’être un jour résident permanent du Canada. Déterminé, il s’attelle à apprendre le français, en espérant que son épouse et ses deux enfants puissent venir le rejoindre ici. Par la force des choses, Michael et sa famille ont longtemps été séparés. Mais il s’est dévoué au travail avec l’ardeur d’un passionné et, ainsi, il s’est taillé, petit à petit, une place dans un pays où ils pourront être réunis en toute sécurité. Le Canada est, à ses yeux, un havre de paix et d’équité où l’éducation et la santé sont des droits pour toutes les couches de la société. Un lieu sûr pour l’avenir de ses enfants. 

À 40 ans, il est père d’une grande de 10 ans, en cinquième année maintenant, et d’un garçon de quatre ans, en prématernelle. Aux Philippines, ils fréquentent l’école privée. C’est cet espoir qui les fait tenir bon : que l’éducation leur donne des ailes, comme à leur père, grâce à qui ils réussiront peut-être à quitter leur pays natal, où ils craignent les impacts de la pauvreté, autant la famine que la corruption. 

Michael Elep est donc parti en éclaireur et a découvert, à Saint-Pamphile, des gens qui l’ont aidé à s’habituer à sa nouvelle réalité et qui sont même devenus des amis. Quand on lui demande ce qui le passionne, il répond qu’il aime beaucoup son travail et qu’il adorerait apprendre à jouer au hockey. La neige ne lui fait pas peur, il a connu les hivers de l’Afrique du Sud. Son plus grand défi est d’apprendre le français pour accroître ses chances de pouvoir rester ici et que sa famille soit enfin réunie. Un noble espoir. On le lui souhaite. Bonne chance Michael Elep. 

Tu veux en savoir plus?

Oui, vraiment!

Partage ton amour pour Région L’Islet!

Cette section contient tout ce qu’il faut aux citoyens et acteurs de la région pour soutenir la campagne.

En savoir plus