Région L'Islet
Catégorie
Le sport, la nature

S'aventurer loin!

Texte —
Gabrielle Filteau-Chiba
Photo —
DanielTphoto
Catégorie
Le sport, la nature

Au fil des siècles, des gens de tous les horizons ont afflué sur les berges du fleuve Saint-Laurent, sculptant colliers de villages côtiers : L’Islet-sur-Mer, Saint-Jean-Port-Joli, Saint-Roch-des-Aulnaies, autant de lieux pittoresques que d’accès privilégiés à la mer.

Kayak-region-l'islet
Source
La superbe vue près de l'église de Notre-Dame-de-Bon-Secours à L'Islet Crédit : DanielTphoto

Et suivant une longue tradition de portages telle une seconde nature, les touristes et villageois, des premiers peuples jusqu’aux nouveaux arrivants, ont quitté tour à tour la terre ferme, au gré des marées, posant le kayak à fleur d’eau pour gagner l’immensité.

D’abord, il y a le clapotis des vagues, comme une force tranquille, une invitation à élancer l’aviron, à prendre les devants. Ensuite viennent le vent et les courants, et le kayak ballotte jusqu’au large, là où le ciel et le fleuve s’unissent pour livrer un spectacle toujours flamboyant. Parfois, le fleuve est d’un calme de glace, et d’autres, il se gonfle, houleux, et les vagues sont couronnées de têtes blanches, que les gens d’ici appellent des moutons. Avec le temps, on apprend à reconnaître la forme des nuages, la texture et le sens des vagues, indices de l’humeur du fleuve et des moments propices pour naviguer.

Les mises à l’eau, comme celle de L’Islet, derrière l’église Notre-Dame-de-Bon-Secours, font partie d’un patrimoine immatériel : là, le fleuve Saint-Laurent affleure depuis toujours, invitant.

Il nous appelle comme un ami à respirer son air salin, à prendre de grandes bouffées de liberté. On peut aussi s’aventurer loin, se laisser bercer par ses vagues, s’abandonner bouche bée à ses paysages grandioses et à la mouvance parfois épeurante de ses eaux.

Quand on aborde le Saint-Laurent, on se soumet aux lois de la nature et on prend pleine mesure de la beauté du vaste territoire québécois, de ces profondeurs où la vie marine abonde. Celui ou celle qui vogue sur son dos comprendra pourquoi beaucoup le considèrent comme un joyau – il brille de mille miroirs, il recèle de trésors : on y croise tantôt la Grande Oie des neiges, tantôt les bernaches. Tant d’oiseaux migrateurs et de couleurs majestueuses…

Le kayak avance en silence, revenant doucement à la rive, porté par la marée montante. On le hisse, ventre glissé contre le sable, et les pieds encore dans l’eau, on savoure la chance de vivre près du Saint-Laurent, dont la beauté immensément forte et fragile ne laisse personne indifférent. 

Tu veux en savoir plus?

Oui, vraiment!

Partage ton amour pour Région L’Islet!

Cette section contient tout ce qu’il faut aux citoyens et acteurs de la région pour soutenir la campagne.

En savoir plus