Retour aux publications » Les causes et circonstances des incendies

05Dec 2017

Les causes et circonstances des incendies par Maryse Fleury

La période des mois de décembre à mars, est celle où l’on enregistre le plus grand nombre d’incendies au Québec. Cela s’explique principalement par l’uti­lisation d’appareils de chauffage, mais aussi par nos activités accrues à l’intérieur de nos habitations, comme l’usage de nos appareils de cuisson et appareils électriques.    

Les circonstances de ces incendies sont reliées en grande partie, soit 80%, aux comportements humains comme la distraction, la négligence et la mécon­naissance.

Voici quelques exemples :

  • Feu de cheminée : on a négligé l’importance de vérifier la cheminée et le conduit de fumée et de procéder au ramonage de ceux-ci. 
  • Feu de cuisson : on a fait l’usage d’un chaudron ordinaire pour frire des beignets ou des frites ou, encore, laissé la cuisson sans surveillance.
  • Feu de bac à ordures ou de bâtiment : on a déposé des cendres de poêle dans un contenant combustible.
  • Feu déclaré dans une salle à manger : on a accidentellement déversé du liquide inflammable débordant du réchaud d’un plat à fondue et rallumé le feu.
  • Feu de bâtiment : on a négligé le dégagement des appareils de chauffage ou non lu les recommandations du manufacturier.
  • Feu d’origine électrique : on a utilisé des rallonges ou des câbles électriques endom­magés.
  • Feu d’origine électrique : on a remplacé les ampoules électriques d’un luminaire sans tenir compte de la capacité maximale en watts et du type d’ampoule recommandé.
  • Perte de vie humaine dans un incendie : on a négligé l’importance d’avoir au moins un avertisseur de fumée fonctionnel dans la maison.
  • Feu de bâtiment : on a laissé des chandelles ou lampes à l’huile sans surveillance.

Bon nombre d’incendies pourraient être évités. La prévention, c’est l’importance qu’on y accorde. N’attendez-pas d’être la prochaine victime, car ce n’est pas toujours chez le voisin que ça se passe!